1ère AMAP à Alger

1ère AMAP à Alger

AMAP veut dire Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne.
C’est une formule de vente directe entre producteur et un Collectif de consommateurs.

Ces consommateurs préfèrent généralement des produits sains, exempts de produits chimiques cancérigènes. ils s’organisent alors pour acheter au paysan sa production une fois par semaine et s’organisent pour la distribuer aux adhérents AMAP en un point de vente, situé à Ouled fayet.

Un membre de Torba témoigne: « Nous recevons nos légumes/fruits de Djnane Bouinan, appartenant à Ammi Rachid, un maraicher traditionnel, reconverti au Bio selon nos souhaits. Les légumes sont payés a l’avance en début de campagne (automne, ou printemps).
Nous nous sommes donc rapidement entendus de lui acheter sa production de fruits et de légumes, à condition qu’elle ne soit pas traitée chimiquement. Le prix convenu est celui du marché, sachant que les deux parties se trouveraient gagnantes, à partir du moment où Ammi Rachid n’aura pas à revendre sa production à un intermédiaire qui va lui acheter 30% moins cher, ou qu’il n’aura pas à passer la journée à vendre sur la route la quantité que nous lui achètons au même prix.
Evidemment, nous en tant que consommateurs Bio n’allons pas rechigner si les produits sont tâchés ou présentent des piqures d’insectes ou sont difformes ou de petite taille. Nous avons donc fait signer une charte mentionnant bien que l’adhérent accepte un produit qui serait non conforme selon les règles de marché, et avec un prix qui ne saurait excéder 20% le prix du marché.
Le producteur nous livre donc chaque samedi sa production au Fayet club, point de rencontre de l’association Torba, et deux adhérents s’occupent de la pesée et de la distribution des légumes et fruits dans chacun des 30 paniers. Chaque adhérent est tenu de s’occuper de la distribution au moins une fois par saison.
L’AMAP comme son nom l’indique n’est pas seulement un moyen de se procurer des aliments bio auprès du producteur, mais également une occasion de soutenir ce genre d’activité en voie de disparition. En effet, devant le raz de marée de la production maraichère utilisant les produits chimiques en quantité (au dépend de la qualité), tout producteur qui cherche à vivre de sa production serait tenté, pour ne pas dire obligé, d’utiliser des produits chimiques. Donc pour maintenir tant que possible ce type d’activité qui devient atypique chez nous, il est de notre devoir non seulement de lui acheter sa production à un prix qui lui permet de garder cette activité, mais aussi de le soutenir dans des projets qu’il peut avoir dans sa ferme (construction d’un poulailler écologique, plantation d’arbres fruitiers…).

Lu sur le blog « Paysans d’Algérie »:

« Pour info cette 1ère AMAP est née a Alger le 25 septembre 2014 avec le Collectif Torba, devenu une association.

11815592_10207369467379793_319051603_n

5 Réponses

  1. bouzid faiza

    merci beaucoup pour cette excellente initiative, qui esperant le, vivera très longtemps et engendrera plein d’autres actions en ce sens, pour une fois tous le monde est gagnant.

  2. […] sont vendus les différents produits de terroir, et où sont distribués les produits frais de l’Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne (AMAP) […]

  3. hanounette

    Bonjour,
    Très bonne nouvelle et je vous encourage évidemment vivement pour la suite, en espérant que de nombreux agriculteurs seront séduits par la formule  »naturelle ».
    Seulement je ne vois rien écrit à propos de l’EAU.
    Il n’y a pas que les pesticides et la chimie, il faudrait également que le consommateur en Amap soit également rassuré de la qualité de l’eau d’irrigation. Pratiquez-vous des prélèvements régulièrement ?
    Bien à vous,

  4. Moncef Benberrah

    y aurait-il un moyen d’exporter ça vers d’autres wilayas?

    • Karim Rahal

      Tout a fait!
      C’est aux consommateurs de s’organiser!
      Torba qui est en passe de 1 à 4 Amap en l’espace de 2 ans, peut apporter son appui, sa formation (une est prévue le 21 avril sur ce thème)!
      Il faut y aller, le reste suivra !

Laissez un commentaire